Histoire

Quand l’empereur (et médecin) Shen Nung a découvert incidemment le thé (selon la légende en 2737 avant J.C.), il avait déjà écrit le premier traité d’herboristerie et s’était empressé d’ajouter le thé à la liste des plantes bienfaisantes. Vanté par de nombreux médecins, le thé contient (spécialement dans les feuilles les plus jeunes ; d’où un intérêt supplémentaire à cultiver et manufacturer des thés de qualité) un certain nombre d’éléments très intéressants.

 


Les principaux constituants du thé

La théine : il s'agit du même alcaloïde que la caféine, mais au contraire du café, la «caféine» du thé agit non pas comme un coup de fouet mais sur le long terme, éveillant l’esprit pour un long moment. Le thé est davantage un stimulant qu’un excitant. Il élimine la fatigue et augmente la concentration.

La teneur en théine d'un thé dépend de sa teneur en bourgeons et de la période de sa récolte. Les thés de printemps seront généralement plus riches en théine que les autres.

Les tanins : contiennent les fameux antioxydants qui aident à lutter contre les radicaux libres, en partie responsables du vieillissement cellulaire.

Le thé contient également un certain nombre de nutriments :

> acides aminés, dont la théanine
> des composés aromatiques
> chlorophylle
> vitamines (A/B/E/P/K)
> éléments minéraux : potassium, fer, magnésium, calcium, phosphore, fluor… et quasiment aucune calorie (1 à 2 par tasse)

Le fer : le thé peut ralentir l'absorption du fer par l'organisme, il est conseillé de boire votre thé en dehors des repas si vous manquez de fer.