Inde

Sikkim

La production et l’industrie des thés du Sikkim sont relativement récents ; il y eut un jardin créé à Kewzing, dans le sud du district, par le gouvernement indien en 1960 ; ceci pour fournir en thé les réfugiés tibétains logeant dans le camp de réfugiés très proche, à Rabongla. Malheureusement la plantation n'a pas prospéré, en raison essentiellement d'un manque d'expertise des planteurs. Mais l’idée est restée et la forêt de Témi, à une vingtaine de kilomètres au sud de Kewzing, fut choisie pour y créer, le 27 novembre 1968, un nouveau jardin de thé, connu sous le nom officiel de TEMI TEA GARDEN. Pour éviter l'erreur de Kawzing, le gouvernement du Sikkim a fait appel à un expert dans la production du thé, le britannique H.E. Young ; celui-ci a pu produire du thé orthodoxe de très belle qualité, et dont les notes gustatives s'apparentent beaucoup à celles de Darjeeling, spécialement en ce qui concerne les First Flush. Les thés du Sikkim, officiellement encouragés à l’occasion de l’Indian Union par l’émergence ‹‹politique›› du Sikkim, - relativement autonome, au point qu’il est nécessaire d’avoir un visa spécial, en plus du visa indien pour y pénétrer ! - se sont alors développés, obtenant une réputation internationale et de nombreuses récompenses pour leur qualité. Environ 500 acres de théiers - des clonals pour la plupart et des théiers de Chine pour compléter – recouvrent la plantation, située dans un décor majestueux entre 1400 et 2200 m d'altitude ; la production annuelle est de l'ordre de 100 tonnes. Depuis 2008, la plantation est certifiée bio par IMO, HACCP et ISO 22000. Mais n'a jamais entrepris les démarches nécessaires pour que la certification bio soit reconnue par les différents organismes d'importation européens et occidentaux ! Par conséquent, Témi, seul jardin de thé du Sikkim et toujours sous contrôle gouvernemental, produit du bio sans que personne ne le sache ou ne l’exploite !

© Crédit photo