Inde

Népal

Les premiers plans de théiers auraient vu le jour au Népal au huitième siècle après Jésus-Christ, grâce à un roi tibétain qui en fit don au peuple népalais en remerciement ou « échange » de la main d'une belle népalaise qui lui fut « offerte » et qui devint son épouse (ou du moins une parmi tant d'autres). Telle est la légende !
Mais la réalité est beaucoup plus proche et date de 1863 : cette année-là, le colonel Gaj Raj Singh Thapa planta les premières graines chinoises dans le jardin de Ilam à une altitude de 1060 m ; la production des thés du Népal est restée longtemps très stagnante à l'est du pays, mais, depuis une vingtaine d'années, la production s'est considérablement améliorée et a fortement augmenté, d'une part grâce à l'afflux de nombreux planteurs de Darjeeling (très proche) et par la volonté du gouvernement népalais de développer cette culture du thé ; les premiers thés certifiés bio ont été proposés dès la fin du vingtième siècle par le jardin de Guransee (qui signifie rhododendron, la fleur nationale du Népal) ; les Thés George Cannon ont été parmi les premiers à importer du thé certifié bio du Népal en provenance directe de ce jardin.
Comme à Darjeeling il existe un certain nombre de jardins :
- Kanyam, (dans le district du Ilam ) à environ 2000 m d'altitude : ce jardin au pied du Kanchenjunga fut créé par le roi Birendra amoureux du Népal et de tout ce qu'il pouvait y trouver.
- Maloom, Junchiyabari, Mist VAlley, Kanchenjunga, Shangrila etc…
La qualité des thés du Népal s'est fortement améliorée au cours des cinq dernières années et dans certains cas peuvent parfaitement souffrir la comparaison avec ceux de Darjeeling ; les népalais produisent également des thés verts blancs ou oolongs de haute qualité ;  le développement du bio est de plus en plus important.

© Crédit photo