Amérique du sud

Brésil

La culture du thé au Brésil a démarré en 1818 grâces à Dom Joao VI, qui fit planter des graines de théiers chinois dans les jardins botaniques de Rio de Janeiro ; la présence d'experts chinois permit un bon démarrage et donneront des thés de qualité très correcte ; la culture du thé fut étendue vers des régions à climat plus favorable, telles que le Minas Gerais et Sao Paulo. Mais rapidement, les plantations furent moins bien entretenues et les récoltes périclitèrent.

Un japonais, Torazo Okamoto, relança la culture du thé au début XXème siècle ; il commença par le thé vert et fit venir de son pays le matériel approprié ; il importa également des graines de théiers d’Assam et du Sri Lanka. Mais comme pour le voisin argentin, les récoltes, (qui ont lieu à peu près sur la même période d'octobre à avril) donnent des résultats mitigés et la plupart des thés récoltés (environ 15 000 tonnes de thé par an) sont voués à l'exportation (80%) et aux mélanges des multinationales du thé ; quelques lots cultivés au sud de Sao Paulo échappent à ce circuit.